CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Rosmarinus officinalis L.
Romarin

Lamiaceae

Méd. Mel. Alim.

Bassin méditerranéen

Autres noms communs : rose marine, encensier, herbe aux couronnes

Habitat :
Plante des garrigues méditerranéennes où il pousse à l'état sauvage. Il est répandu dans toute l'Europe mais craint le gel (-10°) et l'humidité du sol.

Identification :
Cet arbuste peut atteindre 1,5m de haut. Son feuillage est persistant. Les feuilles sont opposées, linéaires, coriaces, vert foncé en surface, blanc/gris et duvetées sur la face inférieure. Les fleurs bleu-clair, sessiles à l'aisselle des feuilles, ne développent que deux étamines. Odeur camphrée.

Historique :
Plus connu dans l'Antiquité pour son parfum balsamique que pour ses vertus médicinales, il était un symbole d'immortalité. Les Egyptiens l'ont associé aux rites funéraires de l'embaumement, les Athéniens et les Romains plaçaient des brins de Romarin dans la main des défunts. Cultivé dans le Haut Moyen-Âge probablement pour ses vertus thérapeutiques, il devint, grâce à la Reine de Hongrie qui se servait d'une "eau" à base de Romarin contre ses rhumatismes, un élixir de jouvence.

Propriétés :
Stimulant, antispasmodique, cholagogue, emménagogue, diurétique. 

Utilisations :

Médicinales :
Il est indiqué dans les dyspepsies atoniques, les fermentations intestinales, les asthénies, le surmenage, les états adynamiques des fièvres typhoïdes ou de la grippe.
En antispasmodique il est bénéfique dans le catarrhe chronique des bronches, la coqueluche, les vomissements nerveux. (Infusion : laisser 15mn dans 1litre d'eau bouillante, 25g de feuilles séchées. Filtrer et sucrer).Comme cholagogue, dans les cholécystites chroniques, certaines ascites et cirrhoses et les ictères.
En traitement externe, on emploie les sommités cuites dans du vin sur les entorses, foulures, contusions ou torticolis. La décoction aqueuse s'utilise en gargarisme (angine) et bains de bouche (aphte) ou dans des bains stimulants. (Décoction : faire bouillir 2mn une poignée de feuilles fraîches. Laisser reposer 1/4 d'heure, filtrer. Sucrer selon le cas.)

Culinaires :
Les feuilles sont très employées comme aromate, notamment dans le Midi pour parfumer les viandes. 

Nota : Elles entraient dans la préparation d'une sauce appelée garum qui accompagnait certains plats au Moyen-Âge.

Le miel provenant des ruches dont les abeilles butinent les fleurs de Romarin est d'un parfum très agréable.

Attention : c'est un toxique à haute dose.

Bilbliographie :
Voir Bibliographie générale

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante