CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Ribes nigrum L.

Cassis

Alim. Méd.

Grossulariaceae

 

Europe, Asie, Russie

 Autres noms :

Groseillier noir, Cassissier, Cassier.

Étymologie :

L’étymologie du nom botanique est obscure. La plus fréquemment évoquée fait venir ce mot du latin : cassia, en référence à une autre plante, la Casse qui partage les mêmes propriétés médicinales.

 

Historique :

Le Cassis était inconnu des anciens Grecs et Romains.

Le premier témoignage sur l'action thérapeutique des feuilles de Cassis est celui d' Hildegarde de Bingen, haute figure spirituelle du XII ème  siècle, qui les recommande en onguent pour guérir la goutte.

À partir du XVI ème siècle, il est cultivé dans l’Ouest de la France et dans le Val de Loire.

En 1712, l'abbé Pierre Bailly de Montaran, habitant Bordeaux, écrivit un ouvrage intitulé « Les propriétés admirables du cassis».

En 1841, après un voyage à Paris où il s'étonne de la renommée du ratafia de Neuilly, Auguste-Denis Lagoutte produit à Dijon la première liqueur de crème de cassis, connue aujourd'hui à travers le monde entier.

Le Kir, association de la crème de Cassis avec du vin blanc a été créé par le chanoine Kir, maire de Dijon après la Libération.

Des extraits de Cassis et de Myrtilles ont été historiquement utilisés par l’armée anglaise (Royal Air Force) pour supplémenter ses pilotes afin d’améliorer leur vision nocturne lors des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

 

Habitat :

Haies humides.

Identification :

Arbrisseau buissonnant d’un mètre environ, il possède des feuilles à trois ou cinq lobes et des fleurs en grappes pendantes verdâtres ou rougeâtres. Les baies sont noires, très odorantes et parfumées.

Culture et reproduction :

Rustique et peu exigeant, le Cassissier s'accommode de tout type de sol, sauf trop pauvre et sec ou au contraire trop humide.

Il préfère les expositions moyennement ombragées.

Le Cassis se multiplie par bouturage en automne.

La taille se pratique en janvier - février. L'arbuste renouvelle son bois en permanence et supporte donc les tailles sévères.


Propriétés :


Principes actifs :

- Feuilles : flavonoïdes, prodelphinidols et une huile essentielle.

- Bourgeons : acides diterpéniques.

- Baies : flavonoïdes, proanthocyanidines, vitamine C et sucres.

- Graines : acides linoléiques et acides stéaridoniques.

 

Médicinales :

Anti-inflammatoire, antiœdèmateuse, antiarthritique, cardioprotectrice, veinotonique, antidiarrhéique, diurétique, hypotenseur modéré.

Améliore la vision nocturne.

Utilisation :

Thérapeutique :

- Sphère cardio-vasculaire : fragilité capillaire, troubles circulatoires veineux. 

- Sphère digestive :  diarrhée. 
- Sphères diverses : goutte, scorbut,

rhumatismes chroniques, diminution de l'acuité visuelle.

- L’huile de graines de Cassis réduit les signes d’arthrite rhumatoïde.

- Contre les piqûres d’insectes (guêpe, frelon), froisser des feuilles de Cassis et en exprimer le suc sur l’endroit douloureux. La douleur cesse très vite et l’enflure se résorbe.

Alimentaire :

Le Cassis est rarement utilisé en fruit de table, mais on peut réaliser des gelées, des confitures, des tartes avec d'autres fruits rouges, des sorbets ou du coulis.

On peut aussi le consommer de manière liquide sous forme de jus, de nectar (très apprécié en Bulgarie), de sirop ou de liqueur (crème de Cassis)

Parties utilisées :

Baies, feuilles, bourgeons.

Toxicité :

Contre-indication :

Il n’est pas recommandé aux femmes enceintes ou allaitantes de consommer de l’huile de pépins de Cassis.

Médecine vétérinaire :

- Feuille :  dépurative, diurétique, anti-inflammatoire, antioxydant, protecteur des vaisseaux, antiallergique, tonique.

- Bourgeons : plus fort que la feuille. Stimulant surrénalien et immunitaire, antiradicalaire.

Indications :

- TM ou gélules : fatigue, allergie, rhumatisme, arthrose, œdème, rétention d’eau.

- Macérât : Stress, asthme du chat, allergie cutanée, rhumatisme, arthrose, troubles circulatoires

Posologie :

 

Bilbliographie :
Voir Bibliographie générale

Les plantes qui nous soignent de Jacques Fleurentin – Ed. Ouest-France.

La vérité sur ces plantes qui nous soignent du Dr Franck Gigon – Ed. l’Express

Soignez vos animaux par les plantes de F. Hotz et V. Delbecque – Ed. Quintessence

fr.wikipedia.org

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante