CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Papaver somniferum L..

Pavot somnifère

 

 

Papaveraceae

 Méd. Alim. Toxique

 

sie mineure, Europe méridionale et Afrique du Nord.

 Autres noms :

Pavot à opium, Pavot des jardins, Œillette.

Étymologie :

Du latin  papaver  qui trouve son origine dans  papa : bouillie, allusion à la bouillie dans laquelle on mêlait des graines de Pavot pour endormir les enfants.

 Historique :

Le Pavot était déjà cultivé à l’époque préhistorique, ses graines étaient consommées en galettes ou broyées pour extraire de « l’huile d’œillette ».

Sur une plaque sumérienne en argile (-3 000 av. J.C.) un idéogramme associe plante et joie.

On l’a retrouvé également sur des papyrus égyptiens traitant de médecine pharaonique, sous Ramsès II, pour empêcher les enfants de crier fort.

Théophraste et Dioscoride le recommandent pour calmer les douleurs et la toux, mais il est dangereux, endort et tue à forte dose.

Au XIX ème siècle il était d'usage de faire infuser les graines de Pavot dans le lait des nourrissons et des enfants pour soulager leurs maux ou les garder endormis le temps où les parents travaillaient (surtout Nord de la France, régions minières) entraînant des intoxications mortelles.

 Autrefois également considéré comme une plante magique, associée à la magie noire.

Au XIII ème siècle, Ste Hildegarde précise que «manger la graine apporte le sommeil ».

Le Pavot somnifère était prescrit par les matrones pour avorter (herbe des vierges).

Habitat:

Sur terrains calcaires ou bien drainés.

 Identification :

Annuelle herbacée dont la tige peut atteindre jusqu'à 1,5 mètre. Une seule tige dressée, le plus souvent glabre, d'un vert glauque cerclé de bleu-vert. Les feuilles sont alternes, allongées, plus ou moins amplexicaules, molles, fortement innervées, dentelées de façon irrégulière : les feuilles inférieures sont pennatiséquées, les supérieures sont entières, seulement dentées et embrassantes à la base. Fleurs à corolles. Fruit : grosse capsule ronde contenant de nombreuses graines (25 000 à 30 000)

Deux variétés :

  • Papaver somniferum var. album - le Pavot blanc ou pavot à opium. Fleurs blanches et à fruit indéhiscent contenant des graines d’un blanc jaunâtre. Extraction du latex pour confectionner l'opium.
  • Papaver somniferum var. nigrum - le Pavot noir, œillette ou encore Pavot bleu, cultivé pour ses graines. Fleurs d’un rouge violacé et à fruit déhiscent contenant des graines gris-bleu-ardoisé.

Culture et reproduction :

 - Terre : bien drainée, légère, profonde et un peu sableuse. La plante pousse aussi bien dans un pot, à condition qu'il y ait suffisamment d'espace pour ses racines.
- Exposition : plein soleil.

-Arrosage : régulier mais modéré.

- Floraison : à partir du mois d’avril et se prolonge souvent jusqu’à la fin de l’automne.

- Le semis se fait directement en pleine terre entre septembre et avril. Si vous habitez dans une région où les hivers sont froids et rudes, semez les graines à la fin de l'hiver ou au début du printemps. Arrosez jusqu'à ce qu'elles commencent à germer (après une semaine environ). Arrosez plus modérément après afin d'éviter la pourriture.

 Propriétés :


Principes actifs :

Alcaloïdes : morphine, narcotine, codéine, thébaïne, papavérine, noscapine.

Médicinales :

Analgésique, la morphine est aujourd'hui très utilisée en cas de fortes douleurs lors de maladies graves tel le cancer, antitussif, anti diarrhéique, euphorisant, spasmolytique.

Utilisation :

 Thérapeutique :

Décoction domestique, sirop diacode, comprimés à base de composants du Pavot, teinture d'opium.

Anciens usages : les capsules, graines, fleurs et feuilles ont été employées contre tétanos, chorée, hystérie, épilepsie, convulsions, coliques, rhumatismes, goutte, dysenterie, choléra, fièvre (avant le quinquina), diabète et, bien-sûr, douleurs.

Alimentaire :

Les graines du Pavot noir sont souvent utilisées en cuisine.

Dans les pays d'Europe centrale et d'Europe de l'Est elles servent à aromatiser les pains et les pâtisseries. Le pain au Pavot est consommé couramment dans les régions slaves et germaniques notamment en Alsace.

Parties utilisées :

Capsules sèches débarrassées de leurs graines renfermant l'opium, suc contenant 8 à 15 % de morphine.

Feuilles, fleurs et extrémités des tiges.

Graines : seules parties du Pavot sans alcaloïdes.

Toxicité :

 Hautement toxique. La morphine est inscrite sur la liste des stupéfiants.

Contre-indication :

Grossesse, allaitement.

 Médecine vétérinaire :

Posologie :

Infusion de Pavots blancs séparés des semences : calmante contre la douleur, coliques, dysenteries et comme adoucissant dans les breuvages, les lavements, les cataplasmes...

Décoction : lavements et breuvages contre coliques néphrétiques, nerveuses et contre les diarrhées, lotion pour les plaies douloureuses et collyre dans les maladies des yeux.

 

 Bibliographie :
Voir Bibliographie générale

Guide de visite, les plantes magiques, du jardin des neuf carrés de l'Abbaye de Royaumont.

Le-Cartographe.net

Pharmacie vétérinaire, chimique, théorique et pratique, J. PH. Lebas, Paris – 1823

Traité de l'histoire naturelle et médicale des substances employées dans la médecine des animaux domestiques suivi d'un traité élémentaire de pharmacie vétérinaire, MM. O. Delafond et J.L. Lassaigne, professeurs à l'Ecole royale vétérinaire d'Alfort, Paris - 1841

fr.wikipedia.org

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante