CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Lilium candidum L.
Lis blanc

Liliaceae

Méd.

Asie mineure, Grèce.

Autres noms communs :
Lis de la Madone, Lis commun, Lis de St Antoine

Habitat :
On situe aussi son origine au Liban, et en Galilée. Certains botanistes soutiennent néanmoins qu'il vient des Balkans. Aime les sols légèrement acides et drainants..

Identification :
Plante bulbeuse dont la tige simple dressée atteint 1m à 1,30m. Feuilles lancéolées, alternes, souvent vertes même en hiver. Les fleurs groupées au sommet de la tige à l'aisselle des bractées ont six tépales blancs insérées en deux verticilles, six étamines jaunes et un gynécée à trois carpelles. Les graines sont nombreuses. Floraison de juin à juillet. Odeur suave.

Historique :
T
iré du latin lilum (qui vient du grec leirion = délicat, tendre), le Lis est mentionné sur une tablette sumérienne, une inscription qui remonte à 5000 ans. La légende grecque dit qu'une des deux gouttes de lait échappées des lèvres du divin bébé Hercule tétant le sein de Junon endormie, se répandit dans le ciel et créa la Voie lactée. L'autre tomba sur la terre et fit naître le Lis. Une autre légende raconte qu'une des larmes d'Eve, chassée du Paradis après avoir mangé le fruit défendu, fit pousser un Lis.
On pense que les nomades passant par la Perse perdaient pendant leur voyage les bulbes emportés comme provision comestible. La plante s'enracinait où elle tombait.
Louis VII le jeune en fit le symbole de la Royauté après la 2ème croisade en 1147. Par la suite il devint l'emblème de toute la chrétienté. Appelée fleur de Louis puis fleur de lux (lumière) et enfin fleur de Lis. La Révolution supprima cet emblème.
Nota : tout contribue à prouver qu'il s'agit, en fait, de l'Iris pseudacorus

Propriétés :
Adoucissant, cicatrisant, expectorant,  diurétique.

Utilisations :
Alimentaire
:
Les oignons cuits sont comestibles.

Médicinales :
- l'huile extraite des bulbes est utilisée contre les douleurs d'origine arthritique ou rhumatismale.

- les tépales macérés dans de l'eau de vie activent la cicatrisation des plaies, et, au moment de la floraison, les tépales trempés dans l'huile peuvent être appliquées en pansement sur les brûlures.

- les oignons mélangés à de la levure de pain, ramollis par cuisson (ou bien cuits dans du lait pour soigner les brûlures) étaient utilisés naguère comme emplâtre pour guérir les abcès, furoncles, panaris,

Soins esthétiques :
L'oignon est utilisé pour combattre la formation des rides et permet peut-être de retrouver son "teint de Lis"...

Bilbliographie :
Voir Bibliographie générale

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante