CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Juniperus communis L.

Genévrier commun,

  

Cupressaceae

 


Méd. Cond.

Europe, Asie, Amérique du Nord

Autres noms :
Genièvre

Étymologie :

Du celte Junepris : âcre, saveur du fruit.

Historique :

Depuis les temps bibliques, le Genévrier est symbole de protection, d’asile : le prophète Elie dans le désert s’est assis sous un Genévrier, Marie et Jésus se sont cachés dans ses branches pour échapper aux soldats d’Hérode.

Depuis l’antiquité, ses baies, la fumée de son bois sont considérées comme antiseptiques et préservatrices contre les grandes épidémies, peste, choléra, variole.

Au Moyen Âge, le Genévrier était une panacée, recommandée contre les maux de tête, les maladies urinaires.

Sainte Hildegarde (XII ème siècle) révèle ses propriétés contre les maladies des poumons et du foie. Au XVI ème siècle, la médecine y voit un diurétique puissant et un antidote contre les piqûres et les morsures venimeuses.

Habitat :

Jusqu’à 2 000 mètres d’altitude. Coteaux calcaires et ensoleillés.

Identification :

Arbuste dioïque atteignant 5 à 10 mètres de haut, ses rameaux portent de fines feuilles persistantes en forme d’aiguilles groupées par trois avec une raie blanche longitudinale en-dessous.

Fleurs, en avril-mai :

- mâles  : petits châtons

- femelles : châtons formés d’écailles.

Fruits : les trois écailles du cône femelle se soudent, deviennent charnues, pseudo-baie verte les deux premières années, bleu-noir la troisième, contenant trois noyaux mûrs en octobre- novembre.

Culture et reproduction :

Supporte tous les sols, multiplication par bouturage en été ou semis sous châssis en été ou en automne.

Propriétés :


Principes actifs :

- Huile essentielle : myrcène, sabinène, alphapinènes, bêtapinènes, cinéol.

- Tanins

- Diterpènes

- Résine

- Amer (junipérine)

- Sucres

Médicinales :

Tonique, diurétique, anti-inflammatoire, hypoglycémiante, apéritive, stomachique, antiseptique urinaire, fébrifuge.

Utilisation :

Thérapeutique :

Anorexie, arthrite, rhumatismes musculaires et névralgies, goutte, lithiase rénale, infection des voies biliaires et urinaires, prostatisme, bronchite chronique et asthme, fièvre.

Aromathérapie – H.E. : rhume

Alimentaire :

Les baies de Genièvre servent de condiment en particulier dans la choucroute et les pâtés.

En les distillant, on obtient le « genièvre » et le « gin ».

Parties utilisées :

- Les baies sont récoltées en automne à maturité complète. Les faire sécher dans un endroit sec et aéré.

- Ecorce et bois sont récoltés à l’automne.

- Les jeunes feuilles et bourgeons sont cueillis juste avant la floraison : macérât

Toxicité :

Contre-indication :

Un usage abusif des cônes (baies) peut irriter les reins.

A éviter pendant la grossesse.

 

Médecine vétérinaire :

Thérapeutique :

- Baies : antiseptique urinaire et respiratoire, antirhumatismal, digestif, antiparasitaire.

- Bourgeons (macérât) : régénérateur hépatique, hépatite, cirrhose.

Contre-indication :

Un long traitement peut irriter les intestins.

 Posologie :

  Bibliographie :

Voir Bibliographie générale

 Les Plantes qui nous soignent de Jacques Fleurentin – Ed. Ouest France.

Encyclopédie des plantes médicinales – Ed. Larousse

Soignez vos animaux par les plantes de F. Hotz et V. Delbecque – Ed. Quintessence

Fr.wikipedia.org

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante