CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Angelica archangelica L.
Angélique officinale

Apiaceae

Méd. Alim.

Eurasie

Autres noms :
Herbes aux anges, herbe aux esprits.
Le nom d'espèce est dû à l'archange Raphaël qui aurait donné l'Angélique comme remède contre la peste à un ermite.

Habitat :
On trouve cette Apiaeae en Europe tempérée et en Asie. Il lui faut un sol profond, à mi-ombre . L'Angelica sylvestris se trouve dans les foréts et les endroits humides.

Identification :
C'est une vivace qui est souvent cultivée comme bisannuelle. De grande taille (parfois plus de 2m), ses feuilles sont longues et pennées, à folioles dentées, ovales, les pétioles sont engainants. Au début de l'été les ombelles portent des fleurs jaunes , verdâtres et les hampes sont épaisses. Toute la plante est aromatique.

Historique :
C'est au Xème siècle que l'on découvrit ses vertus , elle avait sa place dans les jardins d'herbes. Elle était cultivée en grand au XlIème siècle par les Scandinaves. Elle est encore consommée comme légume par les Lapons. Jusqu'au XVIIème siècle, elle est cultivée pour ses propriétés médicinales. En 1602, elle fut introduite à Niort, à la suite d'une épidémie de peste où elle perdure mais confite et liquorifiée, pour le plaisir de la bouche.

 

Propriétés :

Médicinales :
L'Angélique est tonique, stimulante, stomachique, expectorante. Toutes les parties de la plante peuvent être utilisées mais plus particulièrement la souche et
les feuilles.

Utilisation :
Elle est consommée en infusion pour lutter contre l'aérophagie en laissant macérer de jeunes pousses et de la racine on obtient un vin qui combat l'anxiété et les dépressions.
L'Angélique est surtout connue de nos jours par l'usage qu'en font la confiserie et la liquoristerie. Elle rentre dans la composition de l'eau de Mélisse, de la Bénédictine, de la Chartreuse.
Si l'on emploie l'Angélique des bois, il faut être vigilant car on peut la confondre avec la Grande Ciguë qui par contre a une odeur désagréable (vireuse).
La première choucroute attestée était faite avec de l'Angélique.
Le mot français " choucroute “actuel vient d'une expression du germain “ sauer” (acide) Kraut (herbe) et non " chou " mal traduite. Une choucroute est un ensilage acide, lactique, anaérobie qui peut être élaboré à partir de n'importe quelle plante herbacée à condition que celle-ci contienne assez de sucre et(ou) d’amidon.
Les choucroutes sont les seules plantes comestibles consommées en hiver (.... très long !) par les Lapons. Traditionnellement ils les conservent dans des estomacs de rennes, congelés.

Bilbliographie :
Voir Bibliographie générale
Le Bon Jardinier (encyclopédie horticole) La Maison Rustique
Le livre des bonnes herbes - Pierre Lieutaghi

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante