CourierLexiquePlanConférencesActivitésHistoriqueConservatoire

Raphanus sativus var. niger (Mill.) J. Kern

 Radis noir

  

Brassicaceae

Alim. Méd.

Sud de l’Asie

Autres noms :

Radis d’hiver, Raifort des Parisiens.

Étymologie :

Du latin radix, signifiant racine. Les Romains l'appelaient Raphanus nom dérivant des mots grecs "ra" (promptement) et phainomai (apparaître) faisant allusion à la germination rapide des graines de Radis.

Historique :

Vers 2780 avant J.C., les Egyptiens utilisaient déjà le Radis qui figurait, avec l’Oignon et l’Ail, dans les rations données aux ouvriers de la Grande Pyramide.

Les Romains et les Arabes l’utilisaient pour soigner les problèmes dermatologiques (taches cutanées, alopécie)

On trouve le Radis mentionné dans une ordonnance royale de Charlemagne (le Capitulaire de Villis), où il est cité parmi les plantes que doivent cultiver les moines.

Le Radis est l'un des aliments passés dans la langue pour évoquer l'argent : si tu n'as pas un Radis, c'est que tu n'as plus d'Oseille et encore moins de Blé.

Habitat :

Plante potagère cultivée.

 

Identification :

Plante bisannuelle à grosse racine noire pivotante, de 15 à 25 cm de long. Sa chair est blanche, ferme et piquante. Il a des feuilles de 20 à 60 cm de haut, velues, rêches au toucher, découpées en segments, portées par des pétioles tendres.

La floraison se compose de hampes à petites fleurs blanches veinées de violet qui s’épanouissent la seconde année.

Le fruit est une silique renflée.

Culture et reproduction :

Choisir un sol léger, amendé en humus et en sable, à exposition ensoleillée. La multiplication se fait par semis en place en rangs espacés d’environ 25 cm, de mai à août, et se récolte environ trois mois après.

Comme les autres radis, il est d'autant plus fort qu'il a manqué d'eau,

Se conserve l’hiver en cave, dans une couche de sable humide.

Propriétés :


Principes actifs :

Huile essentielle sulfurée, vitamine C, potassium, raphanine (antibactérien) et hétéroside soufré.

Médicinales :

Cholérétique et cholagogue, diurétique, fluidifiant des sécrétions bronchiques, antibactérien (le sulphoraphène a une action antibiotique sur l’hélicobacter pylori), anti- carcinogène et anti- mutagène.

Utilisation :

Thérapeutique :

Traite les troubles hépatiques.

Sa teneur en soufre a une action favorable sur la qualité de la peau, les cheveux et les ongles.

Utilisé pour soigner bronchite, rhume, sinusite.

Alimentaire :

En Chine et au Japon, il est utilisé comme légume racine important. Il est consommé cuit, découpé en tranches ou bouilli dans les soupes.

En Europe c’est une plante de salade, on le consomme cru, coupé en rondelles ou râpé.

Parties utilisées :

Racine, graines.

 

Toxicité :

Contre-indication :

Ulcère à l’estomac, obstruction biliaire.

Médecine vétérinaire :

Posologie :

 

 Bibliographie :
Voir Bibliographie générale

Encyclopédie des plantes médicinales – Ed. Larousse

Les plantes qui soignent – Jacques Fleurentin

Ed. Ouest France

Secrets et vertus des plantes médicinales – Ed. Sélection du Reader’s digest

www.wikipedia.org.

fiche précédente
retour fiches
fiche suivante